Taille du texte : Petit Moyen Grand

Coup d’œil sur les maladies oculaires

Vous souhaitez en apprendre davantage sur les maladies oculaires les plus courantes? Consultez les explications
ci-dessous ou contactez-nous directement pour nous poser vos questions.


Maladies oculaires les plus courantes :


Le glaucome

Le glaucome est essentiellement le résultat d'un dommage causé au nerf optique qui peut entraîner, lorsque non traité, la cécité. Autrefois on définissait le glaucome comme une augmentation de la pression à l'intérieur de l'œil (pression intraoculaire). Aujourd'hui, une pression haute ou élevée dans l'œil est considérée comme un important facteur de risque de glaucome, mais pas le seul. Des patients peuvent avoir un glaucome même s'ils ont une pression intraoculaire normale. La pression intraoculaire n'est donc qu'un élément parmi d'autres. Lors de l'examen, votre optométriste tiendra compte de l'aspect du nerf optique ainsi que la perte du champ visuel.

Dans les faits il y a deux grandes catégories de glaucome :

  • Le glaucome à angle fermé se produit quand l'humeur aqueuse dans l'œil peine à en sortir, ce qui amène une augmentation de la pression intraoculaire. Cette condition peut s'accompagner de douleur, de rougeur dans l'œil, de maux de tête, de nausée et/ou de soudaine perte de vision dans un œil.
     
  • Le glaucome à angle ouvert représente 90 % des cas de glaucome et ne présente que peu ou pas de symptômes à ses débuts. Les patients avec ce genre de glaucome peuvent passer des années sans être dépistés et donc sans traitement, ce qui entraîne plus de dommages à l'enveloppe du nerf optique. Les cas avancés de glaucomes non traités peuvent mener à une perte de vision considérable.

La conjonctivite

L'œil rouge, aussi appelé conjonctivite est une inflammation de la surface externe de l'œil, la conjonctive. Elle peut être d'origine bactérienne, virale ou allergique :

  • Conjonctive virale : La forme la plus courante de conjonctivite est d'origine virale et se guérit souvent d'elle-même. Le traitement comprend d'habitude des larmes artificielles ou des compresses froides. Elle se caractérise par un larmoiement excessif et parfois des sécrétions plus épaisses.
     
  • Conjonctivite bactérienne : Les symptômes de la conjonctivite bactérienne peuvent comprendre la rougeur, des sécrétions jaunâtres purulentes, et de la démangeaison. Ce genre de conjonctivite se soigne avec des gouttes antibiotiques pendant sept à dix jours. Il est très important de poursuivre son traitement jusqu'à la fin comme prescrit par votre médecin afin d'éviter un retour de l'infection.
     
  • Conjonctivite allergique : Ce genre de conjonctivite est plus fréquente durant des périodes spécifiques de l'année, mais des patients peuvent en avoir les symptômes toute l'année. Elle est caractérisée par des yeux rouges, des démangeaisons et du larmoiement et vient parfois avec d'autres signes d'allergie comme le nez qui coule, des éternuements ou la toux. Elle se soigne avec des compresses froides, des larmes artificielles ou des gouttes antiallergiques avec ou sans prescription.

La rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique consiste en une atteinte rétinienne survenant dans le cadre d'un diabète. Le diabète est la principale cause de cécité au Canada avant l'âge de 65 ans. Il en résulte une perte progressive de la vision, l’évolution de la maladie est lente. Cependant, la vision peut baisser de façon significative lorsque la macula est touchée. La maladie est asymptomatique à ses débuts, les troubles de la vision signant fréquemment une atteinte évoluée et irréversible. Le diagnostic et le dépistage se font grâce à l’examen du fond d’œil.

Il existe deux traitements pour la rétinopathie diabétique :

  • Le traitement préventif : Le contrôle strict du diabète minimise le risque d'évolution de la rétinopathie.
     
  • Le traitement curatif : Le traitement peut inclure la photocoagulation au laser, l’ablation chirurgicale du vitré et l’injection intraoculaire répétée de certains médicaments.

La dégénérescence maculaire

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence progressive de la macula, partie centrale de la rétine, qui peut apparaitre à partir de l'âge de 50 ans, et plus fréquemment à partir de 65 ans, provoquant un affaiblissement important des capacités visuelles, sans toutefois les anéantir. Les causes précises de cette maladie sont inconnues et aucun remède n'a pour le moment été trouvé. Les traitements existants permettent seulement de ralentir son évolution.

Il existe deux formes pouvant toutes deux coexister sur le même œil :

  • Forme atrophique « sèche » : La forme atrophique (ou « sèche ») correspond à une atrophie de la macula. Il n'existe que des traitements préventifs. Cette forme représente 40 % des DMLA, et l'évolution vers la dégradation de la vision est, en règle générale, lente. L'affection est souvent bilatérale.
     
  • Forme exsudative « humide » : Elle représente 20 % des DMLA.* La forme exsudative (ou « humide ») correspond à l'apparition de néovaisseaux choroïdiens. L'évolution est plus rapide que dans les formes sèches. De nouveaux traitements anti-angiogéniques peuvent stabiliser voire améliorer la vue.

* Source : Wikipédia


La cataracte

La cataracte est l'opacification partielle ou totale du cristallin, lentille convergente située à l'intérieur de l'œil. Cette opacification est responsable d'une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière. Cette baisse de la vision peut être rapide (quelques semaines) à cause d'un traumatisme.

Le seul traitement efficace de la cataracte est la chirurgie.